La Résurrection

Homélie de Pâque 2010

La célébration de la résurrection du Christ est la fête de la nouveauté. Nouveauté de la victoire de la vie sur la mort, nouveauté du triomphe de l amour sur la peur et avènement de la nouveauté car toutes les choses anciennes sont passées : « Voici que je fais toute chose nouvelle » dit le Seigneur, « ne l apercevez-vous pas ? ».

Le Christ est ressuscité, c est une réalité historique et méta historique. Nous célébrons chaque année cette fête de Pâques mais savons-nous accueillir ce triomphe de l amour. Savons-nous vivre selon le souffle de la Résurrection ?

C est une chose que Christ soit ressuscité, c est autre chose pour nous de rester et de demeurer dans le souffle de la résurrection. Cela exige une disponibilité à l Esprit dans un état de confiance. Etat auquel nous avons à accéder par un regard d aurore, un regard d émerveillement qui perçoit avant tout la beauté, la lumière, un regard neuf qui voit Dieu en toutes choses et toute chose en Dieu.

L événement de la Nouveauté est intérieur à l histoire, le Royaume des cieux est au dedans de nous. Cela veut dire que nous portons en nous les germes de la Résurrection, que nous avons à les semer partout où nous sommes. Mais comment semer la vie si nous ne sommes pas devenus des vivants ? Comment être des vivants si nous ne portons pas en nous le Christ Ressuscité ?

Etre vivant, c est prendre le risque de la Nouveauté, donc de la vérité et de la liberté qui sont les noms même de l Esprit Saint. Etre vivant dans le Souffle de l Esprit, c est oser vivre son intégrité personnelle, sa vérité profonde. Le Christ qui est la Vérité, nous appelle et désire descendre dans nos profondeurs pour re-susciter l image de Dieu en nous. Celle-ci est comme un petit enfant en attente de la plénitude de vie. L enfant, symbole de l être en nous, est le germe de la résurrection qui ne demande qu à grandir et s épanouir.

Que le Seigneur qui, ce soir, nous appelle à la joie et à la nouveauté, nous donne la grâce de pouvoir à chaque instant poser un regard d aurore sur nous-mêmes, sur les autres, qu Il nous éclaire de l intérieur pour voir dans la lumière la beauté cosmique, la beauté d âme qui réside en chacun, Sa présence en chaque être.

Un regard d aurore perçoit en chaque être, non pas ce qui ne va pas, ce qui en lui m a blessé, mais la présence du Christ qui est lumière. Regard d aurore, regard lavé, purifié, cœur désencombré de tous les ressentiments, de toutes les rancunes, de toutes les haines et qui ne veut voir en l autre que ce qui beauté originelle, c est à dire l image de Dieu.

Seul un regard d aurore peut nous faire sortir des catégories dans lesquelles nous nous enfermons et nous enfermons les autres.

Catégories ethniques, raciales, culturelles, sociales, religieuses Nous sommes fortement marqués par cette façon de réduire l être à des identifications ethniques, raciales, culturelles, sociales, religieuses qui nous donnent prétexte au jugement, à la discrimination puis aux conflits.

Le Christ, ce soir, vient nous rappeler que chaque être humain est créé à l image de Dieu, qu il est porteur de la lumière divine et sacrement de la présence de Dieu. Chaque être humain est une personne sacrée que nous devons honorer avec dignité.

Accueillir la vie qui nous a été donnée

Je crois que ce soir le Seigneur est venu nous illuminer. Il est descendu dans nos ténèbres afin que la lumière au cœur des ténèbres puisse resplendir davantage car elle illumine les ténèbres.
Il est descendu dans nos cœurs, dans la profondeur de nos cœurs afin d illuminer même ce qui en nous résiste à son amour. Il est venu nous purifier jusque dans nos endroits les plus ténébreux. Il est venu nous appeler à la résurrection là où nous souhaitons d une manière peut-être inconsciente la mort.

Nous chantons ce soir : « Christ est ressuscité des mort, par la mort il a vaincu la mort ». Par la mort, Il a fait mourir la mort. Il n a pas fait le chemin à notre place mais il nous invite à le suivre. Il est le Chemin.
Aussi, il nous invite à faire mourir la mort non seulement en nous, mais à faire mourir la mort dans notre regard afin que définitivement nous puissions nous décider à nous aimer les uns les autres et à nous pardonner les uns les autres. C est ce qui nous avons chanté à la fin des Matines : » Christ est ressuscité des morts, pardonnons tout à cause de la Résurrection, aimons-nous les uns les autres, aimons ceux qui nous haïssent à cause de la Résurrection ». Ne plus s arrêter sur ses blessures mais intégrer l autre et moi-même dans la même prière. Marcher ensemble vers l avenir car le passé est plein de pièges. Le passé nous tire vers le néant et vers la mort.

Il s agit de nous tourner résolument vers « Celui qui vient vers nous ». Cet inconnu, et pourtant déjà connu, qui est devant. Il nous appelle, nous bouscule, nous provoque, il nous invite à devenir pleinement vivants, aimants et conscients. Il n a rien de commun avec le vieux dieu, le juge, le punisseur, le moralisateur, ce dieu qui hante notre vieille conscience et est l instigateur de la culpabilité, des remords, celui qui fait peur et qui fait fuir.

Ce Christ qui est devant nous, n est en rien semblable à l image que l on s en fait. Il se laisse connaître au fur et à mesure qu on s avance vers lui. Chaque fois que nous faisons un pas vers lui, il en fait mille vers nous. Il nous aime, nous a toujours aimé et ne cesse de nous solliciter. Dans cet amour, il nous invite à aimer notre prochain comme nous même.

Notre histoire n a aucune issue en elle-même. Ce soir, le Christ vient donner une issue à notre histoire. Cette issue n est pas horizontale. Elle est résolument verticale. Elle est à vivre à chaque instant. Il ne s agit pas d attendre des dizaines d années pour vivre cette verticalité mais l accueillir c est à dire savoir que l existentiel n a pas sa solution en lui-même mais que l issue est dans la mort et la résurrection. La mort à l ancien pour l événement de la nouveauté afin que la vérité apparaisse. La résurrection implique d ouvrir une page nouvelle qui ne soit pas la répétition des vieux schémas mentaux, des mécanismes de défense, des comportements erronés du passé qui sont autant d obstacles à la grâce.

Le Christ a inondé de lumière l enfer. Puissions-nous dans cette lumière nous pardonner les uns aux autres. Pardon actif bien décrit par Saint Jean Chrysostome dans son homélie : « que ceux qui ont jeûné et ceux qui n ont pas jeûné, ceux qui sont venus se confesser et ceux qui ne sont pas venus, ceux qui ont veillé et ceux qui n ont pas veillé, ceux qui n arrivent pas à pardonner comme ceux qui arrivent à pardonner, s avancent ce soir car le Christ est ressuscité et il est venu laver le péché du monde et répandre son pardon sur tous.

L essentiel n est pas dans nos échecs et nos erreurs mais dans ce que l on peut devenir maintenant par la grâce de Dieu.
Ainsi, si nous prenons la ferme décision d aimer et de nous laisser aimer, de pardonner et d accueillir le pardon, de vivre la joie et de la communiquer, alors tout péché est résolument anéanti. L’unique nécessaire est de faire nôtre la victoire du Christ.

Christ est ressuscité !

 

Père Philippe Dautais